>
Back to top
Mathrice

Institut de Mathématiques de Bourgogne : Catalogue des services

Informations internes - Annonces

Plan de reprise d’activités - Message Alain Helleu
Directeur général des services

A partir du 11 mai 2020, les personnels qui exercent des fonctions qui ne se prêtent pas au travail à distance (accueil, nettoyage, maintenance, manipulations) devront attendre d’être appelés par leur responsable pour revenir sur les sites. Les personnes dont les missions habituelles sont devenues sans objet se verront confier par leur chef de service d’autres missions d’un grade équivalent au regard du principe de la polyvalence des fonctions et de celui de l’adaptation du service. Ces personnes renforceront prioritairement les équipes en charge de l’application des mesures liées au nettoyage, tout en sachant que l’accueil dans les locaux restera très limité.

La semaine du 11 mai et celle du 18 mai voire celle du 25 mai, si besoin, seront consacrées très prioritairement à la mise en œuvre des mesures de nettoyage renforcées et à l’application des protocoles de nettoyage.

Une séance d’information sur les nouveaux protocoles de nettoyage sera effectuée auprès des personnels concernés associant le service développement des ressources humaines, le service hygiène et sécurité et le réseau des agents de prévention.

S’agissant des activités de recherche, celles-ci ne peuvent reprendre en présentiel qu’en réunissant de bonnes conditions de faisabilité et de protection sanitaire. De manière très progressive, en liens étroits avec les responsables des composantes et organismes partenaires et après la mise en œuvre de toutes les mesures de précaution liées notamment au nettoyage (protocole, équipements…) et à la vérification des installations, les personnels, les doctorants et les tiers, pourront être appelé à rejoindre leur lieu de travail. Chaque laboratoire transmettra un protocole de reprise d’activité conforme au plan de reprise de l’UB qui sera ensuite présenté devant le CHS-CT.

L’UB a commandé plus de 100 000 masques jetables, du gel hydro-alcoolique, des visières de protection, des gants… Les livraisons ne sont pas à ce jour totalement garanties pour lundi prochain. Ces équipements sont toutefois nécessaires pour les agents qui se déplacent beaucoup dans les lieux communs et particulièrement les personnes en charge du nettoyage et de la maintenance.

Il est rappelé que dès lors que la distanciation physique et les gestes barrière sont respectés le port du masque ne s’impose pas.

Le respect des délais de livraison des équipements de protections individuels ainsi que des produits nécessaires ne pouvant pas être garantis à ce jour, par les fournisseurs, le commencement des opérations de nettoyage sera retardé d’autant. Les personnels en charge du nettoyage et de la désinfection des locaux concernés, dès lors que cette mission est internalisée, ne seront appelés sur les sites qu’à partir du moment où les équipements et les produits seront disponibles.

Si la fonction de nettoyage est externalisée, l’accessibilité des locaux ne sera possible que lorsque les équipes du prestataire seront intervenues (au milieu de la semaine 20 au mieux).

Si cette fonction est mixte, c’est-à-dire assurée à la fois par des personnels extérieurs et par des personnels de l’Université, vous veillerez à la bonne application des protocoles et à la disponibilité des équipements et produits nécessaires en vous appuyant sur les compétences des agents de prévention et celles du service hygiène et sécurité.

Documents joints message du DGS du 9 mai 2020

  • Avis du HCSP pdf
  • Protocole nettoyage UB pdf
  • Affiche lavage des mains pdf

Mesdames, Messieurs, chères et chers collègues,

Dans quelques jours nous entrerons dans une deuxième phase de la crise sanitaire que notre pays traverse depuis maintenant plusieurs mois. Le confinement aura permis à nos services de santé d’accueillir et de soigner, dans les meilleures conditions possibles, les personnes atteintes par la pandémie du Covid-19. Pour autant, et après huit semaines de confinement, le lundi 11 mai ne sera que le premier jour d’une nouvelle période, car cette crise n’est pas terminée.

Compte-tenu des risques persistants et afin de limiter les déplacements, tous les personnels BIATSS et enseignants poursuivent ou reprennent leurs activités en travail à distance. Les regroupements et la présence de chacun(e) dans les locaux de l’université devront être limités au strict nécessaire. L’utilisation de la visio-conférence reste donc la règle pour toutes les réunions. Vous pourrez exceptionnellement, en fonction des exigences ou besoins, vous rendre à votre bureau en respectant la distanciation physique et les gestes barrière. A cette fin, les directeurs de composante et les chefs de service définiront les modalités de la présence sur site, toujours en veillant scrupuleusement aux consignes sanitaires en vigueur. Les quelques bureaux qui seront à nouveau ouverts devront faire l’objet prioritairement de présences individuelles. S’agissant des laboratoires de recherche, les plans de retour d’activité sont en cours d’élaboration en concertation avec les composantes.

Certaines activités ne peuvent s’effectuer à distance (accueil, entretien, maintenance…). Les personnels concernés devront attendre d’être appelés par leurs responsables pour revenir travailler sur site. Seuls les personnels placés en congés, en arrêt maladie ou disposant d’un certificat de santé (état incompatible avec le risque épidémique ou confinés avec un proche atteint par le virus), ou pour la garde d’enfants non scolarisés de moins de 16 ans, sont dispensés de cette obligation de présence. Celles et ceux d’entre vous dont les missions habituelles sont devenues sans objet en raison du non-retour des étudiants (accueil du public ou ouverture de bâtiments si ceux-ci restent fermés) se verront confier par leur chef de service d’autres missions, conformément aux principes de la polyvalence des fonctions et de l’adaptation du service public.

La semaine du 11 mai sera consacrée à la mise en œuvre des mesures de nettoyage renforcées et à l’application des protocoles édictés. Nous avons commandé des masques et des gants à des prestataires ainsi que du gel hydro-alcoolique et des visières de protection qui sont pour partie fabriqués en interne. Les livraisons des masques et gants n’ont pas été à ce jour garanties pour cette date. C’est pourquoi je me suis rapproché de nos partenaires pour tenter d’en obtenir plus rapidement. En tout état de cause, le nettoyage des lieux de passages, des rampes d’escaliers, des ascenseurs, des sanitaires… fera l’objet d’une attention accrue.

La principale mission qui va nous mobiliser dans les prochaines semaines sera bien évidement l’organisation des examens de fin de semestre. Je vous sais, enseignants, enseignants-chercheurs, personnels administratifs, informaticiens, pleinement engagés pour le bon déroulement de ceux-ci.

Je tenais à vous dire ma fierté et ma reconnaissance pour tout ce qui a d’ores et déjà été réalisé depuis le 17 mars, premier jour de fermeture de notre université. Toutes et tous savez et devez faire savoir que notre établissement et l’ensemble de ses personnels et de ses services ont remarquablement œuvré pour la continuité du service public, avec comme souci principal d’assurer une fin d’année universitaire dans les meilleures conditions possibles pour nos étudiant(e)s.

Les instances de l’établissement se sont adaptées pour continuer de fonctionner. Des réunions de travail permettant de préparer leurs décisions se sont tenues à distance, en lien avec nos partenaires académiques et institutionnels. Dans cette période difficile, la solidarité n’a pas été en reste grâce notamment aux dons informatiques, à l’aide alimentaire et à l’implication de notre établissement dans le dispositif présenté par le CROUS pour aider les jeunes qui ont perdu un emploi ou un stage. D’ici quelques jours je ferai connaître l’ensemble des éléments et initiatives déployés grâce aux efforts de notre communauté universitaire dans son ensemble.

Une note sur le déconfinement sera adressée aux cadres administratifs dans les prochaines heures. Par ailleurs j’ai tenu à ce qu’un CHSCT extraordinaire se tienne ce mercredi en vue de lui soumettre le plan de retour à l’activité élaboré par la direction générale des services. En outre, je rencontrerai jeudi les représentants des personnels et des étudiants en vue d’échanger sur l’ensemble des dispositifs projetés à compter du 11 mai.

Avant de terminer, je tiens à insister sur un point : si au quotidien nous ne devrions plus avoir besoin d’une attestation dérogatoire de déplacement, il n’y aura cependant pas encore de « situation normale » et donc pas de retour collectif sur site. Vous aurez compris que la cartographie (départements vert ou rouge) publiée chaque jour impactera nos quotidiens personnels et professionnels. A cette date, les départements de notre région sont tous classés « rouge ». La progression des changements appelle chacune et chacun d’entre nous à être patient afin d’en finir au plus vite avec cette pandémie.

Au nom de la gouvernance et en mon nom personnel, je vous remercie infiniment pour votre action quotidienne au service de nos étudiant(e)s et de l’enseignement supérieur et de la recherche. Soyez assurés Mesdames, Messieurs, chères et chers collègues, de mon complet dévouement.

Vincent THOMAS

Président de l’université de Bourgogne

Chères et chers collègues,

La date du 11 mai, annoncée par le gouvernement comme celle du début de sortie du confinement, approche. Nous savons tous que beaucoup d’inconnues subsistent sur les transports, les ouvertures des écoles, collèges et lycées et plus largement sur la reprise de l’activité économique. Néanmoins, nous devons nous préparer à retrouver peu à peu une vie normale même si le télétravail, au moins à temps partiel, va rester la norme pendant encore plusieurs semaines.

Je vous l’ai écrit la semaine dernière, la reprise en présentiel va s’organiser avec le souci de la santé des agents comme priorité absolue.

Les déléguées et délégués régionaux et les responsables d’entités (instituts, directions, délégations, services, unités…) travaillent de manière à mettre en place les plans de reprise des activités en présentiel. Je les en remercie une nouvelle fois chaleureusement. Sur la plupart des sites, ce travail se fait en étroite collaboration avec nos partenaires académiques avec lesquels nous partageons la responsabilité de nos unités communes. Il appartient à chaque hébergeur de décider des modalités d’ouverture de ses locaux, et de leurs conditions d’accès et d’utilisation. Sans occulter nos responsabilités d’employeurs, nous avons convenu que, de manière générale, l’hébergeur serait responsable de la sécurité sanitaire de l’ensemble des agents qu’il héberge, quels que soient leurs employeurs. Nous ferons bien sûr preuve de solidarité entre nous, si la situation l’exige.

Concernant le CNRS, nous hébergeons plus de 20 000 personnes. Nous préparons nos locaux pour pouvoir les accueillir dans les meilleures conditions possibles, notamment en fournissant à tous des masques chirurgicaux ainsi qu’en mettant en place les dispositifs permettant le respect des gestes barrière.

Vous obtiendrez des compléments sur ces différents points, ainsi que bien d’autres informations sur la sortie du confinement, via la foire aux questions accessible sur l’intranet du CNRS. Elle est actualisée quasiment quotidiennement, par la cellule nationale de crise qui joue, dans l’ombre, un rôle absolument essentiel depuis le 3 mars.

J’insiste sur le fait que, au moins jusqu’au 2 juin et en attendant de nouvelles directives du gouvernement, le télétravail doit continuer à être privilégié lorsqu’il est possible. Nous serons très attentifs aux attentes légitimes des agents placés en ASA depuis le début du confinement. Nous allons faire au mieux pour permettre autant que possible une présence à temps partiel, ou en horaires décalés, pour celles et ceux qui le souhaiteront. Cette reprise progressive en présentiel concerne l’ensemble des personnels qui y concourent, quel que soit leur statut juridique (permanents, contractuels, doctorants, stagiaires etc.). Elle portera prioritairement sur les activités scientifiques suivantes :

  • expérimentales (sous réserve des vérifications nécessaires à leur bon déroulement)

  • importantes pour l’avancement d’une thèse de doctorat

  • liées à des ressources contractuelles importantes, ou qui utilisent des consommables coûteux qui seraient prochainement périmés.

Pour les activités administratives, sont priorisées celles qui nécessitent l’accès à des applications ou ressources informatiques ou technologiques non accessibles à distance, ou bien l’accès à des dossiers ou pièces justificatives non dématérialisées, ou une interaction avec des usagers ou des prestataires qui ne peut être réalisée à distance. Il en va de même pour les activités logistiques ou de maîtrise d’ouvrage qui nécessitent une intervention sur des équipements ou des bâtiments ou un suivi de prestataires.

Je termine ce message en remerciant les partenaires sociaux pour la qualité des échanges réguliers que nous avons avec eux tant au niveau de la direction générale que des délégations régionales. Chacun dans notre rôle, et sans confusion des genres, nous avons à cœur de faire fonctionner et rayonner notre établissement au mieux, avec le souci partagé des conditions de travail et de la santé de l’ensemble des personnels.

Nous allons ensemble et avec la puissance du collectif qui fait notre force, faire en sorte de réussir cette sortie de crise. Nous avons tous et toutes espéré un retour à la normale. Ce retour progressif se précise, réjouissons-nous en continuant de faire preuve de prudence et de patience, mais en étant déterminés à en profiter.

Bien à vous.

Antoine Petit,

Président-directeur général du CNR